Changements institutionnels et nouvelles gouvernances (privés et publics) dans un capitalisme de l’innovation et du développement durable

AxeS de recherche

  • Activités de conception et capacités d’innovation dans les entreprises
  • Le système productif mondial

 

Domaines de recherche

  • Crise et refondation de l’entreprise et de sa gouvernance
  • Le pilotage des écosystèmes institutionnels de l’innovation
  • Les politiques du développement durable comme espace d’innovation normative et managériale

ChaireS

Théorie de l'Entreprise, Modèles de Gouvernance et Création Collective  (TEMGCC)

Mines Urbaines

 

Changements institutionnels et nouvelles gouvernances (privés et publics) dans un capitalisme de l’innovation et du développement durable

Les transformations contemporaines (innovation intensive, financiarisation, nouvelles performances environnementales et sociétales) sont indissociables de remises en cause des cadres normatifs institutionnels ou de multiples tentatives pour en créer de nouveaux.

Obsolescence et émergence des cadres normatifs, imposent aux chercheurs en sciences de gestion de repenser la gouvernance des entreprises, des organisations, comme celle des écosystèmes (régionaux, nationaux et internationaux).

En effet, celle-ci était pensée comme un processus, dynamique et proactif, mais au sein d’un cadre institutionnel stable. Que devient-elle lorsqu’elle interagit avec l’évolution normative ?

Cette question est abordée par la littérature « néo-institutionnaliste » dont les chercheurs en sciences de gestion partagent certaines hypothèses ainsi que la critique des approches contractualistes de l’entreprise ou de l’institution. Mais pour les sciences de gestion contemporaines, la recherche ne peut se limiter à une discussion des principes de justification, des pouvoirs en présence ou des régimes de déploiement des normes, il s’agit aussi de contribuer à la production institutionnelle à la lumière de nouveaux modèles de gouvernance.

Les chercheurs du CGS ont ainsi choisi d’étudier les instrumentations cognitives et organisationnelles qui influencent la genèse conjointe des normes et des régimes de gouvernance.

Cette approche a montré sa fécondité dans trois domaines en mutation où les chercheurs ont pu discuter les « instrumentations institutionnelles » présentes ou en débat, et en proposer de nouvelles.

  • Crise et refondation de l’entreprise et de sa gouvernance
  • Le pilotage des écosystèmes institutionnels de l’innovation
  • Les politiques du développement durable comme espace d’innovation normative et managériale

la chaire Théorie de l'entreprise, modèle de gouvernance et création collective (temgcc)

 

La mondialisation et la crise contemporaine conduisent Etats et chercheurs à réinterroger la gouvernance de l’entreprise et ses principes de management. Pour explorer de nouveaux modèles, les recherches menées à Mines Paristech montrent qu’il faut revenir aux fondements de l’entreprise.

L’entreprise est un dispositif de création collective, qui permet des progrès partagés et le développement de nouveaux biens communs. Mais elle est fragilisée, voire déformée, parce qu’elle est régie par des théories inadaptées et un droit qui est un droit du commerce et non de l’innovation. Cette proposition a reçu un large écho au niveau international.

Grâce au soutien de plusieurs partenaires (Artelia, BPI France Le lab, Mirova, Nutriset, Préfon, Veolia et le Collège des Bernardins), elle a débouché sur la création de la chaire « Théorie de l’entreprise. Modèles de gouvernance et création collective ».

L’objectif de la chaire est d’élaborer une théorie de l’entreprise fondée sur la création collective pour explorer de nouveaux principes d’investissement, des modèles de solidarité et des cadres de droit qui soient mieux adaptés aux enjeux contemporains d’innovation, de responsabilité sociale et d’environnement.

Les axes de la recherche de la chaire TEMGCC sont :

  • Axe 1 : Entreprise et Création Collective
  • Axe 2 : Investissement, Innovation et Croissance
  • Axe 3 :  Création Collective et Régime de Solidarité
  • Axe 4 : Nouveaux Cadres légaux pour l'entreprise

La chaire MINES Urbaines

Les Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques (DEEE), contiennent de nombreuses matières recyclables.

Sources de matériaux stratégiques, variés et continuellement renouvelés, les DEEE sont de véritables « mines urbaines », innovantes, disponibles et répandues dans notre société.

Dans le contexte actuel d’épuisement des ressources naturelles, l’exploitation de ces mines, riches en matériaux plastiques et en métaux rares, est essentielle au développement d’une économie circulaire respectueuse de l’environnement et des citoyens.

Désireux de développer de nouvelles filières de recyclage issues des mines urbaines de DEEE, l’éco-organisme Eco-systèmes a créé la chaire de recherche et d’enseignement Mines urbaines, en partenariat avec ParisTech et trois grandes écoles : Arts et Métiers, Chimie ParisTech et Mines ParisTech. Elle est financée dans le cadre d’un mécénat, avec l’appui de la Fondation ParisTech.

Les thématiques de recherche de la chaire sont les suivantes :

  • Métaux stratégiques
  • Polymères
  • Économie circulaire
Mots-clés

Widget not in any sidebars